Les dangers de l’alcool chez la femme enceinte

Une femme alcoolique doit savoir que lorsqu’elle serait enceinte, l’alcool devient une problématique très grave pour la santé de son futur enfant. En effet, si jamais elle continue de boire, l’alcool passera automatiquement par le cordon ombilical et va perturber la santé fragile de l’enfant, son cerveau, son foie, etc.

Alcool et grossesse : les effets sur l’enfant

Outre les effets directs sur la femme alcoolique, qui peuvent en passant devenir un véritable danger pour l’enfant dans son ventre : déséquilibre, pas d’appétit, etc. L’alcool passe facilement les barrières du cordon ombilical qui n’arrive pas à filtrer les molécules d’éthanol. On sait ce que l’alcool fait au cerveau des grandes personnes qui le boivent. À court et à long terme, l’alcool déstabilise et détruit les fonctions du cerveau. Les cerveaux du fœtus sont encore très fragiles aux perturbations de l’extérieur. Ainsi, il suffit simplement de quelques grammes par litre dans le sang pour que le cerveau de l’enfant ne se développe pas correctement. D’où la possibilité d’accoucher d’un enfant en retard de croissance cérébrale, en mal formation ou dans le pire des cas un mort-né.

Alcool et grossesse : les SAF

Une femme alcoolique doit aussi savoir le terme SAF qui veut dire Syndrome d’alcoolisation fœtale qui est la dénomination de l’effet de la consommation excessive d’alcool sur le fœtus. Les séquelles sur l’enfant sont : un retard de la croissance et de la malformation au niveau de la tête : le visage et le cerveau. Ce syndrome touche un enfant sur mille en France, ce qui est très élevé. Il existe plusieurs degrés de gravité du Syndrome d’alcoolisation fœtale. Généralement, ce sont les formes moins graves qui apparaissent où l’on constate un handicap intellectuel de l’enfant qui ne se remarque qu’après les premières années de l’enfant. Il est donc difficile de prendre soin en avance les enfants atteints de SAF s’ils ne présentent pas les malformations.

Alcool et grossesse : Les dispositions à prendre

Ainsi, il faut qu’une femme alcoolique prenne des disposions très strict s’il veut accoucher d’un enfant en bonne santé. Faire un sevrage avant d’avoir un enfant serait la meilleure des solutions. Il n’y a aucune quantité d’alcool minimal préconisé pour une femme enceinte. Elle doit impérativement éviter d’en boire puisque un taux d’alcool dans le sang un risque pour l’enfant. Il ne faut pas aussi pensé que le vin et la bière est des options.